Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Pierre

LA grosse sortie dans l'avant-pays savoyard avec JC et Mathieu

4 Juin 2017, 18:13pm

Publié par Jean-Pierre

Ce week-end était prévu pour du vélo.

Je devais remonter à Passy (Haute-Savoie) en vue de la cyclosportive LA TIME-MEGEVE-MONT-BLANC que j'avais cochée sur le calendrier.

J'avais quartier libre, mon épouse préférant rester à la maison pendant que je pouvais m'adonner à ma passion avec mes copains car Mathieu avait prévu aussi de faire cette cyclosportive.

Patatras, la météo n'étant pas favorable là-haut, je renonce donc.

Dans un deuxième temps, JC propose une sortie dans le Vercors. Rebelote, météo défavorable dès la fin de matinée, trop risqué de tenter une grosse sortie là-haut également.

Finalement, vendredi soir, nous nous décidons pour une sortie vers les cols de la Crusille et des Mille Martyrs. 125 km annoncés. Ca me convient, en partant de chez moi cela devrait me faire un bon 150 km. Avec un retour début d'après-midi avant les orages annoncés.

Rendez-vous chez JC à 7H45, je pars à 6H50.

Contrairement à la sortie de mercredi dernier, pour gagner du temps, je ne monte pas par Saint-Chef, mais cela rallonge un peu car j'ai déjà 22 km en arrivant chez JC.

Ca risque de faire un peu plus que 150 km, mais cela ne m'inquiète pas ....... pour l'instant.

J'ai à nouveau amélioré mon PR dans la montée vers ROCHETOIRIN, donc la forme est là.

JC, qui est allé au-devant de Mathieu par une autre route, et Mathieu arrivent en même temps que moi. Synchronisation parfaite.

Nous partons tout de suite. Direction le col de la Crusille que nous voulons faire en passant d'abord par ROCHEFORT.

Une belle montée, qui sera empruntée cette semaine par le Critérium du Dauphiné Libéré, dans laquelle, bien qu'étant à l'arrière, j'améliore la plupart de mes PR.

Après une bonne descente, nous terminons la montée vers la Crusille par SAINT-JEAN d'ALVEY. Au départ, j'attaque sur la plaque pour ensuite me calmer et laisser partir mes deux compagnons.

La descente sur NOVALAISE est réalisée à vive allure.

Pour aller vers le lac d'AIGUEBELETTE, notre petit groupe se met en file indienne, j'assure une grosse partie du relais.

Nous faisons ensuite une partie du tour du lac jusqu'à AIGUEBELETTE, où j'accélère car je sais qu'il y a un PR que je veux améliorer. Et ça c'est fait.

Je rentre ensuite dans l'inconnu.

Nous tournons à gauche pour grimper vers ATTIGNAT-ONCIN. J'avais découvert le début de la route jusqu'à la voie ferrée lors du tour du lac avec mon épouse il y a 2 ans. Après je ne connaissais pas du tout.

Belle montée, toujours dernier, derrière les deux mobylettes même si JC est plutôt encore en rodage ;-)

Ensuite nous tournons à droite vers SAINT-FRANC. Je connais la route, mais dans le sens inverse, nous l'avions grimpée avec Cricri et Michel lors du BRM 400 de Grenoble en 2011. C'est plus facile dans ce sens.

Nous tournons ensuite à gauche en direction de LA BAUCHE.

C'est là que les choses se corsent: les 2 jeunes ont prévu d'aller faire un raidar.

Nous tournons donc encore à gauche pour grimper au balcon de l'Ecolu.

En bas, j'avais mal lu, j'avais lu Ecole. Et donc, quand on passe devant l'école, je ne comprends pas pourquoi on continue à monter.

Au bout de 3 kms on atteint effectivement une table d'orientation avec une belle vue sur la Chartreuse où les nuages commencent à bourgeonner.

Vue sur la Chartreuse

Vue sur la Chartreuse

Mathieu est facile aujourd'hui, toujours devant

Mathieu est facile aujourd'hui, toujours devant

Mon arrivée au balcon d'Ecolu

Mon arrivée au balcon d'Ecolu

Mais, ce n'est pas fini. Mes amis décident de continuer jusqu'au sommet après le lieu-dit BANDE. Ca grimpe méchant avec des passages à 16%, pas de quoi bander !!!

C'est un cul-de-sac à 950m d'altitude.

J'ai monté tout en travers d'autant que je commence un peu à fatiguer.

Je sais que j'ai laissé beaucoup de force dans cette plaisanterie.

Mais le point-de-vue est magnifique.

Vue sur la vallée et la Chartreuse

Vue sur la vallée et la Chartreuse

Mon arrivée au sommet, ils sont fous ces jeunes !!!

Mon arrivée au sommet, ils sont fous ces jeunes !!!

On redescend ensuite vers la D1006 (ex-RN6) pour atteindre les ECHELLES.

Je commence à avoir faim, malgré les barres que j'ai mangées, car je n'avais pas prévu de faire une sortie aussi longue et je ne m'étais pas alimenté correctement la veille, pas de plat de pâtes :-(

Pas de sandwich dans la boulangerie.

Nous filons sur MIRIBEL-LES-ECHELLES où nous trouvons un Vival ouvert. Je prends un sandwich sous vide et un coca. Oups, je m'a trompé. Il s'avère être une bière. Même couleur de canette, rangé avec les 50cl de coca, mais pas le même goût. J'adore la bière mais je voulais un coca pour recharger en sucre mon organisme.

Après cet intermède alimentaire, nous repartons, il reste 6 km pour atteindre le col des Mille Martyrs comme on dit souvent, on laisse la Croix de coté.

Après le col, je lâche tout pour effectuer encore une belle descente vers SAINT-GEOIRE-EN-VALDAINE.

Nous filons en face vers MONTFERRAT, VALENCOGNE puis le PASSAGE.

Encore des raidars qui succèdent à des tobbogans, de quoi finir d'user le moteur.

Enfin SAINT-DIDIER-DE-LA-TOUR puis LA-TOUR-DU-PIN.

Il reste une montée, dite de la piscine, où le CLM du Dauphiné passera mercredi prochain, avant d'arriver chez JC.

Petit arrêt chez lui pour boire de l'eau avant de repartir avec Mathieu qui veut encore faire une bosse pour atteindre les 3000 D+.

Je lui propose de m'accompagner jusqu'à SAINT-SAVIN pour grimper à DEMPTEZIEU, montée où le CLM passera également.

Je rentre ensuite chez moi, le vent s'est levé, les nuages noirs se sont amoncelés, l'orage n'est pas loin.

Je n'ai plus rien dans les chaussettes. A l'entrée du village, panne sèche, je m'arrête pour manger une barre et décide de passer par la plaine pour éviter de monter au village tellement je suis cuit.

C'est au final 184 km mais je suis content de cette virée avec les copains.

Maintenant, il faut que je trouve quelque chose pour remplacer la TIME.

Merci à Jean-Christophe pour les photos.

Le parcours

Le parcours

Commenter cet article